30 janvier 2017

Mathias Enard Boussole Prix Goncourt 2015

Si l’image de la mosaïque me vient avant celle de la boussole, c’est qu’avant d’être désorienté par cette érudition parfois ostentatoire, on perçoit dans ce livre la richesse de la culture orientale dans sa multiplicité disciplinaire (musique, peinture, poésie, littérature, sciences), culturelle (Turquie, Liban, Syrie, Libye, Iran) et ce à travers le prisme très fragmenté de l’esprit d’un homme, Franz, en proie à l’insomnie, spectateur, entre veille et somnolence, de ses propres visions, de ses souvenirs, aspiré par la multiplicité des liens qui relient l’occident à l’orient et la multitude des références où il perd parfois le lecteur.

Lire la suite