25 décembre 2022

Fernando Grignola "Et nous on est ici" (version remaniée 1997)

Quelle fichue corde de guitare

il pourra bien pincer, ce paysan

qui est là adossé à la porte du poulailler,

si le maudit souci de nouer les deux bouts

avec le petit clos juste en bas de chez lui

lui ôte même la force de jurer ?

Nous, on a liquidé la vigne, les champs de patates

et de maïs. Vendus aux banques et aux fabriques

on a empoisonné l’air, l’eau

et nos dialectes. Avec le fric

on a changé nos pensées, notre manière de vivre

et de nous regarder dans les yeux. On est plus nous-mêmes !

… Les guitares, elles sont raccrochées sur la rouille

des pelles et des pioches, sur le feu qui brûle

le foin que plus personne veut faucher.

Et nous on est ici !

 

E sem chi!       (riveduta, 1997)

Che corda stramba da ghitára

ar podarà mai pizzigà stù paesán

rambát là a ra pòrta dar pulée,

se ’r fastídi danát dar tirà’ nnánz cu’r runchétt pena sóta da cà

ar gà scancèla fin ra fòrza par bestemà?

Em spazzát via ra vigna, i cámp da patati,

i carlonèr. Vendüt a bánch e fàbbrich

em intòssegát r’acqua, r’aria

i nòss dialètt. Cu’i danée

em cambiát i pensée, ra manéra da vív

e da guardàss in di öcc. A sem piü nüm!

… I ghitár iè tacát-sü sü’r rügin

di sàpp e di badì, sü’r fögh ch’a brüsa

’r fén che piü nissün vö segàa.

E sem chi !

 

Photo L'Altérité

Travailleurs au champ