12 octobre 2022

Déménageurs et Noces de bas

 Déménageur

 

Je ne t'aime pas lorsque tu tardes,

Car je meurs de ta mort présumée ;

Je ne t'aime pas lorsque tu fardes

Ce visage tant aimé

Par des amants qui emménagent

A chacun des mes départs

Mon hystérique mémoire

Plus que tes appartements.

Plus que tes appartements ?...

Et qu'en saurais-je jamais, mon amour ?

Je ne t'aime pas lorsque tu dors

Car je meurs de ta mort présumée.

Je ne t'aime pas lorsque tu dors

Car je vois emménager

Dans ton onirique mémoire

A chacun de tes départs

Des amants étrangers.

Des amants étrangers ?...

Et qu'en saurais-je jamais mon amour ?

Je ne t'aime pas lorsqu'entre tes seins

Tu presses mon visage

Me cachant des amants supposés

Que sans oser te dire j'emménage

Entre nous et tes rivières de parfum.

Me cachant des amants supposés ?...

Et qu'en saurais-je jamais, mon amour ?

Je ne t'aime pas lorsque ta gorge déployée,

Mouillée d'une brûlante humeur,

S'offre aux amants dévoyés

Qui emménagent à toute heure

Entre toi et moi.

A chacun de nos départs,

Entre toi et moi,

Ils emménagent, les illusoires,

Changeant la carnation de ta peau.

Emménagent, les illusoires ...

Et qu'en saurais-je jamais, mon amour ?

Je ne t'aime pas lorsque tu pleures

Car je meurs de tes plaisirs présumés

Je ne t'aime pas lorsque je te sens semer

Entre nous cette fleur mouillée

Qu'arrosent jusqu'à l'éclore

Tes amants qui emménagent encore

Notre lit d'amour et ma mémoire souillée.

Notre lit d'amour et ma mémoire souillée ?...

Et qu'en saurais-je jamais, mon amour ?

Et qu'en saurais-je jamais.

 

Hervé Rostagnat 2005

 

Noces de bas

 

Est-ce que tu sais

Que je porte encore à mes lèvres,

 Lorsque je les range,

Le fouillis de ton linge

Tes dessous qui m’enfièvrent,

Et tes bas, et les aisselles

 De ta robe 

Que je dérobe

Au pêle-mêle

De ton méli-mélo ?

 

Hervé Rostagnat 2005