09 octobre 2022

Retrouvailles et Messé jamais en voyage

Retrouvailles

 

J'ai tant de convoitise, Amour,

Et de feu dans le corps

Que je me demande encor,

Amour, si me branlant

Avant ton voisinage

Je ne tirerai de ton corsage

Plus de musiques et de saisons

De blé, de fleurs et de moissons

Qu'en gardant pour moi

Toute la gourmandise

Que m'inspire ce fruit

Qu'encore et encor

Tu me tends depuis lors

Qu'on s'est quittés.

 

Pascal De Marzi Paris, Juillet 1996

 

Messé jamais en voyage

 

Je me demande parfois

Si je ne suis pas

Idiot

De ne t’avoir pas photographiée,

Ô mon amour

Mais finalement,

Ma mémoire se satisfait du souvenir de ton île.

Que m’importe, Ô mon pays,

Qu’entre toi et moi

Il n’y ait plus de représentation avec lesquelles, maintenant,

Rien ne se passe.

Je me contente donc du souvenir

Car il brûlera en nous,

Entre toi et moi,

Plus de réminiscences,

Plus d’ardentes braises,

Qu’avec la froideur d’un papier glacé.

Car avec toi

Je m’absouds du fétichisme

Je cultive l’art de l’abstinence

Et de la perverse noblesse du renoncement.

 

Pascal De Marzi 2003